Le trouble bipolaire

Le trouble bipolaire

On dit que quelqu'un souffre de trouble bipolaire lorsque ses variations de l'humeur dépassent des seuils considérés comme normaux. Les troubles bipolaires c'est des situations dans lesquelles la personne concernée voit son humeur varier d'une manière importante en négatif comme en positif et au delà des limites considérées comme normales.

L’humeur est une disposition affective de base dont les variations se situent entre une tonalité agréable et une tonalité désagréable. Ces fluctuations sont normales, liées à nos réactions émotionnelles d'adaptation quotidienne. Elles peuvent durer quelques instants ou des minutes, des heures, ou quelques jours, selon l'impact de l'événement de la vie sur la personne.

      Une baisse de l'humeur (vers le pôle négatif) peut être déclenchée par la rencontre d'un problème, d'une situation inconfortable ou d'une indignation. La baisse de l'humeur se manifeste par un sentiment négatif de frustration, d'insatisfaction ou de déception.

      A l'inverse, une élévation de l'humeur (vers le pôle positif) peut être déclenchée par la résolution d'un problème, par une réussite personnelle, ou par la rencontre d'une situation positive.

Elle se manifeste par un sentiment positif de satisfaction, de plaisir ou de bonheur. L'intensité de ces réactions émotionnelles positives reste légère pour l'humeur normale, sans dépasser la limite supérieure.

Les fluctuations normales de l'humeur se font autour du niveau de polarité neutre (le niveau zéro) et ne dépassent pas les limites dites normales. 

      Les limites supérieures et inférieures représentent les limites extrêmes, négatives et positives de l'intensité de l'humeur retrouvées dans la population générale. On imagine que l'humeur de 95% de gens ne dépasse pas ces deux limites.  

      L'humeur normale a une nature bipolaire, parce qu'elle fluctue entre les deux (bi) pôles. Être bipolaire c'est simplement normal! Tout le monde a une humeur bipolaire, c'est lorsque l'humeur dépasse les limites supérieures et inférieures considérées comme normales que l'on parle de trouble bipolaire.

      Lorsque les fluctuations de l'humeur dépassent les deux limites normales la personne subit des périodes de tristesse et excitation qui ne sont pas normales. Son humeur (toujours bipolaire) est troublée et anormale, parce que les limites supérieures ou inferieures sont dépassées. 

- Le trouble bipolaire fait ainsi référence aux personnes bipolaires qui ont des fluctuations de l'humeur qui dépassent les limites normales de l'humeur, tandis que

- Les personnes normales ont des fluctuations de l'humeur qui ne dépassent pas les limites normales de l'humeur.  

 L'humeur peut être perturbée par deux types de causes:

- soit par un événement psychologique

- soit par un événement biologique.

           L'humeur est contrôlée par les systèmes biologiques de notre corps (les glandes, le système nerveux, le système biochimique, etc.). Ces systèmes fonctionnent dans un équilibre dynamique qui assure la bonne adaptation à l'environnement. Si cet équilibre est affecté, l'humeur peut aussi s’en ressentir. Par exemple, la diminution de la concentration des hormones thyroïdiens (spécifique à l'hypothyroïdie) conduit à un état de dépression. Certains médicaments peuvent entrainer une dépression. Certains produits toxiques (les drogues) sont réputés pour leur potentiel perturbateur de l'humeur (excitation ou dépression), etc.

      Il faut donc retenir que le trouble de l'humeur peut être déclenché également par une perturbation d'origine biologique.

      On distingue deux grands groupes qui causent la bipolarité : d'une part les causes de nature biologique et d'autre part les causes de nature psychologique.

      L'identification de la nature des causes est capitale. Ce diagnostic permet de comprendre le phénomène et concevoir et suivre un traitement permettant le retour à une vie normale.

Les phases du trouble de l'humeur

1. La phase initiale de déclin et de polarisation (déstabilisation thymique polaire imperceptible). 
La dégradation de l’équilibre thymique commence par un déclin très léger, voir imperceptible de l’état général. Il se fait ressentir par une série de manifestations de faible intensité : fatigue, irritabilité, diminution des capacités, la nervosité, la sensibilité aux stimuli, etc. La source de cette dégradation de l’équilibre thymique peut être de nature circonstancielle, tel que le stress ou certains événements bouleversants. Mais elle peut être également de nature biologique tel qu'une mauvaise hygiène du sommeil, ou la prise de substances toxiques. Cette phase initiale est marquée ainsi par des premières manifestations subtiles, voire imperceptibles, et qui sont généralement ignorées. 

2. La phase de compensation (prodromique) 
Le sujet commence à ressentir de plus en plus des difficultés pour composer avec son quotidien, mais il utilise ses ressources et capacités pour compenser leurs effets (sur le plan social, professionnel, émotionnel, etc.). Ce processus de compensation consomme de plus en plus de ressources et épuise les réserves, et son état de santé s’aggrave. On note ici des comportements spécifiques à chaque individu (prodromiques) comme par exemple fumer plus de cigarettes, boire plus d'alcool, l'appétit change, la fréquence de sorties change, etc.). 

3. La phase d’épuisement et alerte (modification du sommeil) 
Dans cette phase, le sommeil se dégrade, l’anxiété augmente et consomme de plus en plus de ressources, les ruminations deviennent incessantes … La fatigue due à la sur consommation d’énergie s'amplifie … la personne est en état d’alerte (anxiété) et se prépare pour l’épisode, ou elle demande de l’aide. 

4. La phase de l’épisode  
La perturbation du système biologique, cognitif et affectif est enclenchée. Suite à cette évolution, on se dirige vers des comportements en rapport avec la polarité : soit dépressif, soit hypo-maniaques. Le trouble de l’humeur une fois installé oriente les comportements du sujet.